Main Content

Les chiffres du canton d'Uri le révèle : la Confédération doit intensifier les contrôles poids lourds

Image la Confédération doit intensifier les contrôles poids lourds
© Initiative des Alpes

Les derniers chiffres du centre de contrôls du traffic lourd à Erstfeld UR transmis par la police cantonale uranaise révèle que sur les axes de transit alpins, bien trop de camions circulent encore avec des défaillances techniques, des pneus usés, avec des freins défectueux ou en surcharge. En outre, les chauffeurs sont trop longtemps au volant. L'Initiative des Alpes considèrent les contrôles comme étant un pilier de la politique de transfert suisse. Le niveau de la sécurité routière néanmoins se situe bien plus bas que celui de la sécurité ferroviaire. Pour cette raison, l'Initiative des Alpes invite le Conseil fédéral à intensifier les contrôles. De plus, il est prié instamment de réaliser enfin le centre de contrôle promis depuis longtemps sur la rampe sud du Gothard.

« Par jour de travail, la police uranaise doit immobiliser huit camions pour infractions aux règles de la circulation. C'est une situation intenable », constate Jon Pult, président de l'Initiative des Alpes. Près d'un tiers des véhicules contrôlés étaient amendables. « Ces infractions ne rendent pas seulement les routes plus dangereuses, mais elles procurent au transport de marchandises routier des avantages concurrentiels sur le marché », ajoute Jon Pult. Le rail transporte les marchandises de manière beaucoup plus sûre que les camions.

Une égalité de traitement cependant est un élément essentiel du transfert du transport de marchandises au rail, « Le trafic de marchandises ferroviaire est contrôlé de manière systématique, de manière plus renforcée et à plus grande échelle que les transports routiers. Outre les contrôles de sécurité systématiques avant le départ du train, près de 200 installations de contrôles des trains, toutes en réseau entre elles, veillent sur la circulation ferroviaire. Aucun train marchandise ne pénètre dans un grand tunnel sans que la charge des essieux, la présence de frein en surchauffe ou le châssis ne soit contrôlé », dit Manuel Herrmann, responsable politique de l’Initiative des Alpes : « Le récent éclat sur les manipulations aux camions par des émulateurs AdBlue montre également de quelle manière le secteur routier joue avec la santé des habitants le long des axes de transit.»

L'Initiative des Alpes demande à la Confédération d'intensifier premièrement les contrôles de poids lourds et deuxièmement, de construire sur la rampe sud du Gothard un centre de contrôle comparable au centre de compétence trafic lourd du canton d'Uri afin que le trafic roulant du sud vers le nord puisse lui-aussi être contrôlé. Mathias Reynard, membre du comité de l’Initiative des Alpes va déposer deux interventions parlementaires à ce sujet au Palais fédéral par le biais desquelles, il requiert entre autres le remaniement du concept de 2003 sur le contrôle du trafic transalpin ainsi que la publication annuelle des données en provenance des centres de contrôles de poids lourds. Deux mesures manquant à l'heure actuelle.

Contact :

  • Jon Pult, président de l'Initiative des Alpes, 076 508 16 33
  • Manuel Herrmann, responsable politique de l'Initiative des Alpes, 078 765 61 16

Initiative des Alpes

"L'initiative des Alpes" (iniziativa da las alps en romanche) est une association suisse pour la protection des Alpes. L'association a été créée à la fin des années 1980 lorsque des écologistes de la région du Saint-Gothard ont lancé une initiative populaire visant à réduire la traversée routière des Alpes pour le transit. L'initiative intitulée « Pour la protection des régions alpines contre le trafic de transit » a été acceptée en votation le 20 février 1994.

Initiative des Alpes
Hellgasse 23
CH-6460 Altdorf
Tél. +41 41 870 97 81
info@initiative-des-alpes.ch

PC-Konto: 19-6246-9